Le cours du Brent au 2 septembre 2019 : 53,68 euros

Le cours du Brent au 2 septembre 2019 : 53,68 euros

Posté le 10 Sep 2019

Partager cet article :

Dans un contexte instable, le prix du baril est en baisse ce 2 septembre 2019 et s’élève à 53,68 euros. En août, l’AIE et l’OPEP réduisent leur prévision de la demande mondiale de pétrole. En parallèle, les réserves américaines en stock brut sont instables, les tensions au Moyen-Orient se maintiennent, tandis que la guerre commerciale sino-américaine s’apaise.

Des prévisions de la demande en baisse selon l’AIE et l’OPEP

La demande mondiale ralentit en 2019, avec une augmentation de seulement 520.000 barils par jour (bpj) entre janvier et mai, soit la moitié de la tendance observée en 2018.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) réduit alors ses prévisions de croissance pour 2019 de 100.000 bpj, à 1,1 million de bpj. De même pour 2020, avec une diminution de 50.000 bpj.

Des perspectives similaires sont annoncées par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui diminue ses prévisions de 40.000 bpj pour 2019. En 2020, la demande sera, selon l’OPEP, de 29,41 millions de bpj, soit 1,3 million de bpj de moins qu’en 2019.

Des réserves américaines en stock brut instable

Les stocks de pétrole brut américain, après une légère augmentation début août (+1,6 million de barils), ont vu leur nombre chuter.

En effet, d’après le Département américain à l’énergie, les stocks ont reculé de 2,7 millions de barils, puis de 10 millions, pour atteindre les 427,8 millions de barils fin août.

Les stocks d’essence ont, quant à eux, augmenté de 1 million de barils sur le mois d’août, alors que les stocks de produits distillés ont diminué de 1,9 million de barils.

De nouvelles tensions au Moyen-Orient

Les tensions se poursuivent au Moyen-Orient, ce qui favoriserait le cours du Brent.

Le 17 août, des installations pétrolières saoudiennes sont attaquées par des drones des rebelles yéménites Houthis. Un incident n’ayant causé ni blessé ni interruption des opérations, mais qui pourrait engendrer des perturbations d’approvisionnement.

Le contexte commercial sino-américaine apaisé

Le 23 août, Pékin annonce de nouveaux droits de douane de 5% sur les importations américaines, déclenchant une baisse du prix du pétrole.

Trois jours plus tard, Donald Trump fait une déclaration de paix au sommet du G7. Il exprime son envie de négocier, et semble positif quant à la conclusion d’un accord. À son tour, la Chine assure vouloir résoudre le conflit de manière pacifique.

Ce nouveau rebondissement dans la guerre commerciale sino-américaine profite au marché pétrolier, et booste le cours du Brent en cette fin du mois d’août.

Source : www.boursier.com