Où il y a du pétrole, il y a du gaz naturel ? - BP Superfioul

Où il y a du pétrole, il y a du gaz naturel ?

Où il y a du pétrole, il y a du gaz naturel ?

Posté le 18 Fév 2020

Partager cet article :

Où il y a du pétrole, il y a presque toujours du gaz naturel. Ce sont, tous les deux, des énergies fossiles combustibles. Ils connaissent, à une étape près, le même processus de fabrication. Par ailleurs, leurs utilisations sont proches.

Le gaz naturel, c’est quoi ?

Comme le pétrole, le gaz naturel est une énergie fossile combustible. Cela signifie qu’il s’est formé dans le sous-sol terrestre, suite à la combustion de matières organiques, et qu’il produit de l’énergie une fois consumé. Le gaz est dit naturel, car il sort naturellement du gisement.

Majoritairement, il est composé de méthane, qui associe un atome de carbone et quatre atomes d’hydrogène.

Plus de 50% des réserves mondiales de gaz naturel sont détenues par trois pays :

  • La Russie (27%)
  • L’Iran (15%)
  • Le Qatar (14%)

En 2014, la production mondiale de gaz naturel s’élève à près de 3.500 milliards de m3.

La formation du pétrole et du gaz naturel

Environ 150 millions d’années sont nécessaires pour que le pétrole et le gaz naturel, en tant que mélanges d’hydrocarbures et de matières organiques, se forment.

Les matières organiques, issues des êtres-vivants, se déposent au fond des milieux marins. Elles se mélangent avec des matières minérales, principalement du sable, pour créer des sédiments. Ces sédiments se déposent à la surface du sol marin sous forme de couches successives.

Une fois ensevelies, ces couches subissent différentes transformations. Les matières organiques perdent leur oxygène et leur azote sous l’effet de bactéries. Elles deviennent alors du kérogène. Dès 1000 m de profondeur, les matières minérales se solidifient pour former la roche-mère. Le kérogène, piégé, s’enfonce.

Soumis à de fortes pressions et températures, le kérogène poursuit sa métamorphose.  Vers 3000 m de profondeur et à environ 100°C, il se transforme en hydrocarbure liquide, le pétrole brut. À plus de 5000 m, le pétrole devient un hydrocarbure sous forme gazeuse, le gaz naturel.

Par conséquent, un même gisement ou une même zone d’extraction peuvent contenir du pétrole et du gaz naturel. Le plus souvent, un gisement de gaz est découvert incidemment pendant une exploration pétrolière.

Pétrole et gaz naturel doivent être traités pour pouvoir être utilisés.

Des utilisations proches

Il y a 2.500 ans, les Chinois se servent déjà du gaz naturel comme éclairage. Au début du XIXe siècle, Londres est la première ville à installer des réverbères à gaz. L’électricité commence à remplacer le gaz comme source d’éclairage public qu’à partir du début du XXe siècle.

À l’heure actuelle, le gaz naturel représente 20% de la consommation énergétique mondiale, alors que le pétrole correspond à 40%. Après le pétrole et le charbon, il est la troisième source d’énergie la plus utilisée dans le monde.

La France, qui a recours à près de 36 milliards de m3 de gaz naturel en 2014, importe 98% de sa consommation.

Le gaz naturel est adopté dans différents secteurs :

  • La production de chaleur (cuisson et chauffage)
  • L’industrie chimique (pétrochimie et raffinage)
  • La production d’électricité
  • Les transports publics urbains (bus et camions-bennes)

Ces utilisations s’expliquent par les qualités du gaz naturel. En effet, il a un bon rendement énergétique et a des avantages environnementaux. En brûlant, il n’émet pas de poussières, peu de dioxyde de soufre, peu d’oxyde d’azote et moins de dioxyde de carbone que d’autres énergies fossiles.

Par conséquent, son usage est de plus en plus fréquent. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), la consommation de gaz devrait doubler d’ici à 2030. Et, même si leur formation est tout aussi longue, les réserves mondiales de gaz naturel sont plus importantes que celles de pétrole.

Sources :