L’utilisation du pétrole durant l’Antiquité

L’utilisation du pétrole durant l’Antiquité

Posté le 20 Juin 2019

Partager cet article :

Le pétrole a une connotation très industrielle. Cependant, un de ses dérivés, le bitume, est exploité depuis des millénaires. Pendant l’Antiquité notamment, son utilisation était multiple : constructions, rituels, armes.

Le bitume, un dérivé du pétrole utilisé dès l’Antiquité

Durant l’Antiquité, période allant de l’an -3500 avant Jésus-Christ à 476 de notre ère, sont présentes de nombreuses grandes civilisations antiques : les Romains, les Grecs, les Égyptiens etc.

À cette époque, au Moyen-Orient, le pétrole est très abondant en sous-sol et remonte à la surface sous forme d’étendus et blocs noirs : le bitume.

Le bitume est un mélange d’hydrocarbures. Il est actuellement fabriqué industriellement par la distillation de certains pétroles bruts pour le revêtement des chaussées et trottoirs. Il est plus communément appelé goudron.

Il existe deux formes de bitume :

• L’idu, un bitume épais et visqueux, idéal pour coller et imperméabiliser les bâtiments et objets.

• Le naft, un bitume fluide, caractérisé par son inflammabilité.

Selon sa forme et ses propriétés, son utilisation est différente.

Un outil de construction

Le bitume, en particulier l’idu, est régulièrement employé dans l’Antiquité pour calfeutrer la coque des bateaux, les tuyaux, et renforcer le ciment de constructions diverses.

Ce combustible aurait notamment eu un rôle essentiel dans la construction des Jardins Suspendus de Babylone. Considérés comme la septième merveille du monde antique, ces jardins forment une série de terrasses richement garnies d’arbres et de fleurs. Le bitume aurait été utilisé à la fois pour la fabrication des briques, comme mortier pour les assembler, et pour rendre étanche les bassins et conduits d’eau.

Une substance intervenant dans le rituel d’embaumement

En -300 avant J-C, les Égyptiens utilisent le bitume pour momifier leurs morts. Le processus de momification dure environ 70 jours.

Il est segmenté en plusieurs étapes :

• L’extraction des organes.

• La déshydratation.

• Le renforcement des cavités corporelles.

Enfin, le corps du défunt est recouvert de bandelettes enduites d’un mélange chimique composé de sel, cire d’abeille, résine de cèdre et bitume (idu).

Cette dernière étape du rituel de l’embaumement a pour but de conserver le corps du défunt et de lui donner l’aspect le plus proche de celui de son vivant. Il peut ainsi se présenter convenablement devant le dieu des morts, Osiris.

Une arme de guerre

Le bitume est aussi employé en temps de guerre sous sa forme la plus inflammable : le naft.

Dès le Vème siècle avant notre ère, les archers persans trempent leurs flèches dans ce liquide pour les enflammer.

Le bitume pourrait, par ailleurs, être à l’origine du célèbre feu grégeois. Inventé par les Byzantins en 672, c’est un mélange inflammable, brûlant même au contact de l’eau, employé au cours des sièges et combats navals. Sa formule est aujourd’hui perdue. Malgré tout, les historiens modernes s’accordent à dire qu’il est constitué principalement de pétrole brut.

Le feu grégeois a d’ailleurs sa place sur nos écrans de télévision. En effet, il fait son apparition dans la célèbre série Games of Thrones lors de la bataille de la Néra, ou encore durant l’explosion du grand septuaire de Baelor. Un combustible qui fait donc pencher la chance en faveur de la famille Lannister.

Sources : 

  • L’enjeu du pétrole; John Farndon, Gallimard jeunesse.
  • Le pétrole, pourquoi est-il si précieux ? ; Benoît Delalandre, Exploradoc.
  • science-et-vie.com
  • egyptologie.com